XIII Century                   
ACCUEILACTUALITESCARACTÉRISTIQUES DU JEUCAMPAGNESUNITÉSGALERIETELECHARGEMENTSFORUM
Un nouveau cycle commence
Les rois allemands, qui n’avaient pas été loin de soumettre l’Italie toute entière au Xe siècle, fondèrent le Saint Empire romain germanique. Il semblait que l’Allemagne irait florissante dans cet immense état, mais les empereurs, élus par des nobles de haut rang, devinrent tributaires de ces derniers. Le désir d’indépendance des nobles était en train de diviser l’Allemagne en une multitude de domaines. Au lieu d’unir les terres allemandes, nombre d’empereurs passèrent leur vie à essayer de conquérir l’Italie. Le trône devint source de querelles incessantes et même si certains empereurs réussirent à conserver un semblant d’unité, l’Allemagne, dans son ensemble, restait fragile. Après avoir survécu à de si nombreux bouleversements internes et externes, l’empire dut affronter un nouveau siècle.
Deux couronnes, un trône
L’antique discorde entre les puissantes familles d’Hohenstaufen et de Welf se prolongea jusqu’au début du XIIIe siècle. Le conflit s’envenima quand chacune des parties proclama un souverain suprême, respectivement Philippe de Souabe et Otton de Brunswick. Une nouvelle guerre éclata. En 1205, Philippe était proche de soumettre Otton. La riche et influente ville de Cologne était un des derniers bastions d’Otton au nord de l’Allemagne. Il défendit lui-même la ville et la campagne menée par Philippe en 1205 échoua. L’année suivante, Philippe de Souabe lança à nouveau une campagne contre l’arrogante ville. Les forces armées d’Otton ne voulaient pas laisser Philippe approcher de Cologne et l’affrontèrent près de Wassenberg à la fin du mois de juillet. La bataille fut courte et le vainqueur accorda son pardon à la ville de Cologne.
La lutte pour les pays baltes
Philippe de Souabe fut tué en 1208. Son adversaire, Otton, accéda au trône mais n’y resta que peu de temps. Le trône revint à Frédéric II de Hohenstaufen, le petit-fils du grand Frédéric Barberousse. Pendant ce temps, les nobles allemands s’emparaient de nouvelles terres et gagnaient en puissance. Les partisans du système féodal du nord de l’Allemagne enviaient depuis longtemps le succès du Danemark qui s’était assuré le contrôle de terres allant de l’Elbe à l’Estonie dont le Holstein allemand. En 1222, le comte Henri de Schwerin captura le roi danois Valdemar II et ne le relâcha qu’après que ce dernier lui eut versé une rançon et abandonné le Holstein. Impatient de récupérer ses terres perdues et de venger sa fierté blessée, Valdemar s’engagea à nouveau dans une guerre contre ses anciens ravisseurs. La bataille décisive eut lieu près de Bornhoved, le 22 juillet 1227.
Fut un temps où l’Europe tout entière s’était prosternée devant les envahissants vikings danois, mais en ce jour de juillet, les cadavres danois jonchèrent le champ de bataille.
L’éclatant crépuscule d’une grande dynastie
Né en Italie, Frédéric II avait toujours considéré qu’il y était chez lui. En héritier du trône de Sicile, il aspirait à réunir l’Italie toute entière sous son joug, à l’aide des soldats et de l’argent allemands. Les premiers adversaires que dut affronter Frédéric dans son combat pour soumettre l’Italie furent la cité du Vatican et la Ligue lombarde, une alliance de villes indépendantes de l’Italie du nord. Les armées de la Ligue, constamment en manœuvre, réussirent à empêcher le siège de leurs villes et à décimer les forces armées de Frédéric durant l’année 1236. Vers la fin de l’année suivante, l’histoire se répéta : les Lombards, certains que Frédéric, ayant dispersé une partie de son armée, se retirerait pour l’hiver, réussirent une habile manœuvre pour protéger la ville de Brescia. Ils se retirèrent ensuite dans la ville de Cortenuova où ils établirent tranquillement leur campement. Mais l’empereur suivit l’armée de la Ligue et la localisa le 27 novembre 1237. La bataille débuta au crépuscule. Cette nuit-là, les Lombards abandonnèrent leur étendard pour sauver leur vie...
Premier Habsbourg
Frédéric II mourut en 1250 et le chaos régna durant les deux décennies qui suivirent. Finalement, Rodolphe de Habsbourg fut élu empereur en 1273. Le Pape le reconnut empereur mais, en échange, Habsbourg devait abandonner toute prétention aux terres italiennes. Rodolphe reconnut qu’il serait sage de concentrer tous ses efforts sur l’Allemagne. Mais d’autres, et en particulier le roi Premysl Otokar II de Bohème, aspiraient également au contrôle des terres allemandes. Plusieurs années de conflit aboutirent à la rencontre des frères ennemis sur les rives de la rivière Morava, le 27 août 1278. Premysl, surnommé le Roi de Fer et d’Or, espérait y écraser son ennemi. Au lieu de cela, il y trouva la mort et Rodolphe de Habsbourg la victoire.
Nouvelle confrontation
Albert, fils de Rodolphe de Habsbourg, devint duc d’Autriche alors que son père était toujours en vie. Aux yeux des nobles, cela lui donnait trop de pouvoir. Par conséquent, Adolphe Nassau, dirigeant d’un petit comté, fut élu empereur en 1292. Il était censé n’être qu’une marionnette entre les mains des nobles, mais il refusa. Se souvenant alors de l’existence d’Albert de Habsbourg, les nobles allemands lui offrirent le trône et celui-ci l’accepta.
En 1298, au Reichstag de Mayence, Adolphe Nassau fut déposé au profit d’Albert. Aucun des deux n’assista à l’évènement car ils étaient déjà en guerre pour la couronne. Face à face près de Göllheim un matin de juillet, les deux adversaires prirent part à la bataille. A midi, seul l’héritier légitime du trône était encore en vie.
Un nouveau cycle commence
La fin d’une époque est aussi le début d’une autre. De nouveaux empereurs furent élus et de nouveaux guerriers connurent la gloire. Et comme autrefois, l’Allemagne attendait un souverain qui lui apporterait unité et paix intérieure.
© 2017 1C Company. All rights reserved.
© 2017 Unicorn Games. All rights reserved.
Unicorn Games